top of page

neo facto a 15 ans aujourd'hui !



Il y a 15 ans aujourd’hui, le pas vif et le regard allègre, je déposai les statuts de neo facto au tribunal de commerce de Toulouse, heureux, excité mais aussi inquiet face à tant d’incertitudes. En pleine crise des subprimes (à l’époque, les crises étaient l’exception), créer une entreprise, était-ce une bonne idée ?


Je n’avais qu'un moyen de le savoir : essayer !


En ce jour d’anniversaire, avant d’ouvrir de bonnes bouteilles et de dignement célébrer l’évènement, l’humeur est propice aux bilans et je me repose la question : était-ce une bonne idée ?


Si on regarde les chiffres, ce fut une bonne idée. Le modèle économique a été assuré tous les ans, même l’année du Covid. Sans ce modèle, aucune idée entrepreneuriale ne va pas bien loin. Quand j’y pense, le tableau de bord financier est indiscutablement l’outil dont je me sers le plus ! Et pourtant, l’argent n’a jamais été la raison d’être de neo facto.


Cette raison d’être, je l’avais formulée ainsi, dès le démarrage : « Contribuer à la création, chez les clients, des conditions nécessaires à l’obtention de performances durables, en phase avec les tendances d’actualité ». Sous cet angle, j’ai vu des entreprises évoluer, s’adapter, se transformer. J'ai vu des personnes s’engager, se mobiliser, s’impliquer et se remettre en question pour faire avancer leurs projets.  Nous y avons travaillé ensemble, avec conviction, très souvent dans la joie et la bonne humeur. Si on regarde cette raison d’être, neo facto, oui c’est une bonne idée.


Dans une entreprise unipersonnelle, il y a aussi cet être hybride à la fois ouvrier, dirigeant, commercial, financier, actionnaire, responsable RSE et représentant du personnel. Il doit arbitrer toutes les injonctions, parfois contradictoires, entre ses différentes composantes dans un soucis d’équilibre et d’équité. Si on regarde cet équilibre, neo facto, c’est vraiment une très bonne idée. Toutes mes composantes ont jusqu’à ce jour été entendues, prises en compte et sont parvenues à s’épanouir.


Cette idée, plantée il y a 15 ans sur un terrain minutieusement choisi (apprentissage hérité de mes jeunes années viticoles),  je la cultive, l’enrichis et l’améliore chaque jour avec soin. Je la regarde avec tendresse et, comme au premier jour, je me demande si c’est une bonne idée de continuer durant les 15 années à venir. Pour le savoir, malgré tout ce que j’ai appris, je ne connais toujours qu’un seul moyen : essayer !!!


Si vous lisez ce post, ce 15ème anniversaire vous concerne directement !


Tout d’abord, si nous avons (eu) le plaisir de travailler ensemble, je tiens particulièrement à te (je tutoie presque tous mes clients) remercier pour ta confiance. Sans toi je serai seul, triste et inutile. Pour toi et pour ton entreprise, je vais continuer comme toujours : à fond !


Si vous êtes un abonné de mon profil LinkedIn ou de mon blog (là je vouvoie), je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mes écrits. S’ils vous font réfléchir et s’ils vous font sourire, ils prennent tout leur sens pour le responsable RSE de neo facto. Le dirigeant, l’actionnaire, le commercial et le financier sont en revanche tous d’accord pour vous conseiller de passer la vitesse supérieure et de devenir un client. Ils profitent donc de l’occasion pour vous adresser le message suivant : « Allez faire un tour sur les autres pages du site https://www.neofacto.fr pour découvrir nos solutions. De plus, le catalogue de formations 2024 va sortir le 20 décembre et vous y trouverez des leviers « à la sauce neo facto » pour dynamiser vos démarches de progrès QSE-RSE. Rendez-vous service, appelez Olivier pour en savoir plus».


A très bientôt


Olivier

137 vues6 commentaires
bottom of page